What would you like to search for?

Our News

Des vies changées avec la commercialisation des produits forestiers non ligneux et les associations d’épargne villageoise

Quelques impacts des activités du WWF dans le paysage Lac Tumba/Lac Mai Ndombe.

Maman Mputu Georgine, âgée de 58 ans, veuve et mère de 4 enfants, membre de la communauté des peuples autochtones, vit à Samba un village du groupement Bosanga Ntomba dans le secteur du Lac Tumba, Territoire de Bikoro depuis sa naissance. Elle vivait des activités des champs et exécutait pour autrui divers travaux payés à la tâche. Il y a 5 cinq ans elle s’est lancée dans le commerce des produits forestiers non ligneux (PFNL), en l’occurrence le gnetum, ou mfumbwa en lingala, un légume sauvage poussant dans la forêt, très apprécié dans de nombreuses régions de RDC et ailleurs en Afrique centrale.

Avant l’arrivée du Programme intégré REDD (PIREDD), Maman Georgine vendait son gnetum à vil prix aux clients en provenance  de Bobanda un village situé à 7 Km de Samba son village. Les maigres sommes d’argent de cette activité à peine suffisantes pour les besoins quotidiens ne pouvaient pas être épargnées. Quand le WWF a lancé le PIREDD, il a procédé à l’identification des PFNL et du marché pour ces produits. Les communautés ont ensuite été accompagnées dans la mise en place de micros entreprises communautaires basées sur les PFNL. Maman Georgine est la présidente du comité directeur d’une de ces entreprises. Cette fonction a permis à Maman Georgine Mputu de d’augmenter son revenu, d’épargner 530000FC, soit 265$, en six mois, de voyager vers les  centres de consommation, d’acheter les PFNL auprès d’autres cueilleurs et de répondre aux besoins primaires de son ménage.  
 

Maman Nsele Wichita, âgée de 63 ans, veuve et mère de 8 enfants dont 3 mineurs vit à Mooto dans le groupement Ntomba a Nkole, secteur du lac Tumba, Territoire de Bikoro. Outre son occupation de ménagère, elle tisse et vend des nattes, mais son activité est cependant limitée à cause du manque de moyens de transport. L’appui matériel et technique de WWF, ont permis à Maman Wichita d’acheminer plus facilement ses produits au marché  et d’augmenter ses revenu, de scolariser ses enfants, d’épargner 180.000 FC (soit 90$) dans l’Association villageoise d’épargne et de crédit (AVEC) établie par le WWF et d’investir 150000FC  (soit 75$) dans  un élevage de porc avec l’appui et les conseils du WWF.
 

Madame BOMBULA Charlie, mariée et mère de 5 enfants, tous mineurs, habite le village Ekele, groupement Bofidji Ouest, secteur des Elanga, Territoire de Bikoro. Maman Charlie vit du petit commerce des produits agricoles : chikwangue et maïs. Les faibles revenus qu’elle en retire ne sont pas suffisants pour satisfaire les besoins primaires de son ménage.
Maman Bombula raconte : « En mai 2020, le WWF a formé 30 mamans du village à la fabrication et à la commercialisation des chikwangues améliorées (chikwangue de meilleure qualité par rapport celles habituellement produites) et deux mois après toujours avec l’appui du WWF nous avons mis en place une Association villageoise d’épargne et de crédit (AVEC) ». Maman Bombula confie avec joie que grâce à l’épargne facilitée par la présence de l’association, elle a pu mettre de côté 450000FC (soit 225$) qui l’ont aidé pour les frais scolaires de sa fille en sixième du secondaire et de passer les examens d’Etat.  
Elle ajoute : « Les autres mamans de notre association ont également des témoignages édifiants sur l’impact positif de l’épargne dans leur vie sociale ». 
Feuilles de gnethum (mfumbwa) prêtes pour la vente au marché
Membres d'une association villageoise d'épargne et de crédit

Share This!

Help us spread the message