Paysage de Salonga | WWF DRC

What would you like to search for?

Paysage Salonga

Le parc national de Salonga s'étend sur une superficie de 33.350 km2, ce qui en fait le plus grand parc national forestier d’Afrique et le troisième plus grand parc forestier tropical au monde. Il a été créé en 1970 et classé au patrimoine mondial en 1984.

Salonga est plus grand que la Belgique a été nommé d'après la rivière Salonga, dont le nom, à son tour, proviendrait de la mauvaise prononciation d'un oiseau connu localement sous le nom de "nsao'loonga".

Biodiversité & Populations

Le parc est le plus grand bloc de forêt de plaine intacte du bassin du Congo et n'est accessible que par voie d'eau ou par air. Il fait partie du paysage de la Salonga, qui s'étend sur une superficie de 104 205 km² et constitue l'un des 12 paysages prioritaires du Partenariat pour les forêts du bassin du Congo (PFBC).

Biodiversité
La Salonga abrite une riche biodiversité, notamment des éléphants de forêt, des bonobos, des bongos, des pangolins géants et le paon du Congo (espèce endémique).
Malgré la taille énorme et l’inaccessibilité apparente du parc, et le fait qu’il n’ait pas été touché par les guerres civiles et les problèmes de sécurité, les populations d’espèces sauvages ont été durement touchées au cours des deux dernières décennies. Plusieurs grandes rivières navigables permettent un accès profond au parc. D'une part, les besoins de la population humaine dans les environs immédiats, combinés à la forte demande de produits alimentaires dans les centres urbains jusqu'à Kinshasa, ont conduit à la chasse de viande de brousse et à la pêche  à Salonga. Par ailleurs, le braconnage des éléphants est devenu ces dernières années une activité très lucrative, provoquée par la montée en flèche des prix de l’ivoire sur les marchés internationaux.
L’insuffisance des capacités de gestion, la corruption et le manque d’infrastructures ont rendu extrêmement difficile la tâche des autorités du parc et de leurs partenaires.
Depuis 1999, la Salonga figure sur la liste des sites du patrimoine mondial en péril.

Populations
Le parc national de la Salonga est composé de deux blocs (nord et sud) séparés par le corridor de Monkoto, large de 45 km. C’est là qu’un grand nombre de personnes résidant dans le périmètre du parc avant sa création en 1970 ont ensuite été réinstallées.
La densité de population humaine à la périphérie du parc est relativement faible: elle est estimée à au plus 3 habitants par km². Le paysage est principalement peuplé par les Mongo, qui sont l’un des groupes ethniques les plus importants du pays, représentés par les sous-groupes Nkundo, Ndengese, Yaelima et Isolu. Parmi les autres groupes, citons les pygmées Mbole et Twa.
Malgré la densité de population relativement faible, les villages sont toujours situés à moins de 50 km des limites du parc, les principales concentrations se trouvant dans les centres urbains d’Oshwe, Dekese, Boende, Inongo, Bokungu et Monkoto.

Salonga détient potentiellement 40% de la population mondiale de bonobos.

Les actions du WWF

Le WWF travaille à Salonga depuis 2005, appuyant l'ICCN (Institut congolais pour la conservation de la nature) dans la gestion du parc et l'engagement avec les communautés locales dans l'identification et le développement de moyens de subsistance alternatifs.

Depuis 2004, le WWF a géré le programme du paysage de Salonga financé par l'USAID, tout d'abord par le biais du CARPE (Programme régional pour l'Afrique centrale) et depuis 2013 par CAFEC (Conservation des écosystèmes forestiers d'Afrique centrale). Ces programmes rassemblent l'ICCN et plusieurs ONG de conservation et partenaires financiers dans le but de préserver l'intégrité écologique de l'écosystème des forêts humides. Comme le paysage de la Salonga constitue à la fois un refuge écologique essentiel pour la biodiversité du parc et un important puits de carbone reconnu par la stratégie nationale REDD +, les activités du consortium se concentrent sur des objectifs liés au changement climatique et à la biodiversité qui peuvent être atteints grâce à une meilleure gestion du parc et une meilleure planification de l'usage des terres. 

Depuis 2015, le WWF co-gère Salonga avec l'ICCN (Institut congolais pour la conservation de la nature). Ils travaillent à protéger le parc en réduisant le braconnage et le commerce illégal d'espèces protégées, en renforçant l'application de la loi, tout en améliorant les moyens de subsistance des populations des environs de Salonga.

Avec le financement du Fonds Européen de Développement et de KfW, le WWF RDC et le WWF Allemagne, en partenariat avec Oxfam et ISCO, mettent en œuvre le programme PARCCS (Programme Agricole Régional et de Conservation du Complexe de la Salonga) sur deux aspects:

1. Dans le Parc National de la Salonga, le programme renforce la gestion du parc pour protéger la riche biodiversité et les écosystèmes, par exemple en développant les capacités des employés pour mieux gérer le parc, en luttant plus efficacement contre le braconnage, en surveillant scientifiquement sa biodiversité et en construisant les infrastructures nécessaires.
2. Autour du parc, le programme travaille avec les communautés pour améliorer les avantages socio-économiques, par exemple en créant des forêts communautaires, en améliorant les pratiques agricoles pour accroître et diversifier la production alimentaire selon différentes chaînes de valeur (riz, manioc, arachide, huile de palme, caoutchouc); augmentant la quantité de biens commercialisables impliquant le secteur privé.

Le programme vise à mettre en valeur le développement durable au niveau du paysage avec une nature florissante et des communautés prospères, parallèlement à la recherche sur la biodiversité.

Notre vision
- Salonga est retirée de la liste des sites du patrimoine mondial en péril
- Salonga reste à jamais le plus grand bloc forestier intact en Afrique, avec une faune florissante
- Assurer l'engagement avec les communautés locales et le gouvernement pour maintenir une pression humaine très faible

Que pouvez-vous faire?

Agissez maintenant!